Boswellia serrata (latin)
Boswellie, encens (français)
Shallaki (Sanskrit)

 

Cet arbre à encens de 1,5 à 8 m de haut croît dans les régions sèches de l’Inde. Entre les rochers et les falaises il prospère jusqu’à une hauteur de 1200 m au-dessus de la mer. Ses branches noueuses disposent d’une écorce qui se détache comme des feuilles et de longues grappes de fleurs le décorent.

 

La Boswellia serrata est une plante médicinale toute particulière et depuis des millénaires elle est honorée aussi bien par les cultures orientales qu’occidentales. L’encens désigne la résine durcie issue du jus de la plante. Dans la légende chrétienne de la Nativité les trois Rois mages apportent d’Orient des présents à l’enfant Jésus, de l’or, de la myrrhe et du précieux encens. Et jusqu’à ce jour le parfum lourd et sucré de l’encens embaume les cathédrales, églises et chapelles.

 

Même les Égyptiens appréciaient l’encens à des fins médicales, tout comme les médecins grecs Galen et Hyppocrates. Egalement dans la médecine occidentale l’encens indien (Olibanum indium) est utilisé pour le traitement des douleurs inflammatoires et rhumatismales. Les médecins ayurvédiques connaissaient depuis des millénaires déjà le spectre étonnement large des emplois du shallaki. Déjà à l’époque la résine de l’encens était utilisée entre autres pour traiter les maladies inflammatoires, les rhumatismes, les tumeurs, les maladies respiratoires et cutanées. A côté de la précieuse résine on utilise aussi son écorce et son huile essentielle.

 

Qualités ayurvédiques

  • Goûts (rasa): sucré, piquant, amer
  • Qualités (guna): lourd, huileux (selon d’autres sources : léger, sec)
  • Effet durant la digestion (virya): échauffant
  • Effet post-digestif (vipaka): doux, piquant
  • Effets mentaux et spirituels : augmente sattva
  • Augmente l’ojas (énergie subtile de vie)
  • Effets sur les dosha: Equilibre vata, diminue pitta et kapha