Entretien avec Tamara Köhler, naturopathe avec diplôme fédéral en médecine ayurvédique

(Première partie ; vous trouverez ici la seconde partie)

 

Verena Amacher : En tant que naturopathe et experte en Ayurvéda, vous êtes en contact permanent avec vos patientes et patients. Leurs demandes et problèmes de santé se sont-ils modifiés durant la pandémie de coronavirus de ces derniers mois ?

Tamara Köhler : Je rencontre diverses réactions. Certains patients ont vécu de manière très positive le calme lié au confinement et souhaitent conserver à l’avenir le nouvel équilibre qu’ils ont trouvé entre activité et repos. D’autres sont très stressés depuis le confinement, car ils doivent travailler davantage. Je rencontre moins de patients dont les troubles psychologiques se sont fortement aggravés. Le nombre de patients présentant des problèmes pulmonaires a lui aussi diminué, ceux-ci faisant partie de la population à risque et restant donc souvent chez eux.

 

Verena Amacher : Les exigences auxquelles nous sommes soumis de nos jours sont extrêmement élevées, et le stress et le burn-out représentent désormais des risques importants pour la santé. Le plus ancien système de santé du monde connaît-il ce phénomène moderne appelé « stress » ?

Tamara Köhler : Il est certain que nous avons connu une très forte accélération en raison du progrès technique, et que la pollution ne cesse d’augmenter du fait de l’électrosmog et des produits toxiques. En effet, mes consultations sont sensiblement plus longues aujourd’hui qu’auparavant car la charge mentale et émotionnelle s’est fortement alourdie pour de nombreuses personnes. Du point de vue ayurvédique, on peut dire que l’atmosphère générale actuelle est fortement marquée par les doshas vata et pitta. On observe également cela dans la météo : au cours des dernières années, la bise, le vent d’ouest et le foehn ont gagné en intensité et on constate une propagation des feux de forêt. (Remarque : le vent est une expression du dosha vata, le feu est l’élément central du dosha pitta).

En réalité, nous ne devons pas chercher la raison de nos problèmes dans les circonstances externes. Le stress ne vient pas de l’extérieur. Le stress est davantage quelque chose qui se trouve en nous et qui est créé par notre interprétation des facteurs externes. Lorsque nous nous sentons dépassés par la situation extérieure et que nous avons l’impression de devoir satisfaire tout le monde, ou quand nous définissons notre valeur principalement sur la base de notre performance, nous tombons rapidement dans un état que les médecins appellent l’« axe combat-fuite ». Nous qualifions cet état de « stress négatif ». Ce n’est donc pas la situation externe qui engendre du stress, mais notre interprétation inconsciente de celle-ci.

Les personnes ayant un fort vata réagissent principalement aux changements par la peur et l’inquiétude. Les personnes ayant un fort pitta ont généralement des attentes élevées envers elles-mêmes et leur environnement. Elles surchargent par conséquent leur système nerveux et perdent beaucoup d’énergie. Plus nous sommes surmenés par les circonstances, plus un déséquilibre de vata ou pitta survient rapidement. Et cela augmente le risque d’épuisement professionnel (burn-out). Vous m’avez demandé si le système de santé le plus vieux du monde a connaissance du phénomène du stress et je peux vous répondre « oui ». L’« axe combat-fuite » et le « trouble vata-pitta » existent depuis des milliers d’années. Seulement, le facteur de stress était davantage un danger apparent tel que l’attaque d’un ours ou une catastrophe naturelle. Aujourd’hui, les circonstances à l’origine du stress sont moins concrètes ; il s’agit davantage de harcèlement, de contraintes de temps ou d’une lutte pour un statut ou de la reconnaissance.

 

Verena Amacher : Comment le stress s’exprime-t-il chez les hommes ? Existe-t-il des différences selon les types de doshas vata, pitta et kapha ?

Tamara Köhler : Les personnes ayant une part prédominante de vata sont plus perméables, moins stables et plus rapidement influençables par les événements extérieurs. Elles doivent particulièrement veiller à trouver suffisamment de calme, de régularité et d’équilibre au quotidien afin de réussir à surmonter les défis de la vie. Afin de rester stable, il est essentiel pour une personne vata de structurer sa vie en respectant des routines. Pour les personnes de constitution pitta ou présentant un excédent de pitta dans le système nerveux, le problème provient davantage du fait qu’elles gèrent mal les contraintes de temps, les erreurs ou les restrictions, ou réagissent avec nervosité. Elles doivent apprendre à accepter les situations et à ne pas fonctionner dans le seul but d’atteindre un objectif. Les personnes de constitution kapha restent longtemps stables dans des circonstances défavorables. En effet, elles gèrent souvent les situations difficiles avec indifférence et nonchalance, et finissent par conséquent par ne plus assumer leurs tâches. On observe que les personnes de constitution kapha mangent davantage lorsqu’elles sont stressées et prennent ainsi du poids.

 

Verena Amacher : Certaines personnes surmontent manifestement mieux que d’autres les incertitudes, les changements, les expériences difficiles et les traumatismes. Comment l’Ayurvéda explique-t-il cela ?

Tamara Köhler : Un événement est une situation externe qui est identique pour toutes les personnes concernées. La manière dont nous percevons cet événement est un sentiment ou une émotion qui se trouve en nous. La perception et le traitement de cet événement varie d’un individu à l’autre et dépend de la force qu’il peut déployer pour transformer son expérience, afin d’en sortir indemne mais changé (plus fort).

La capacité d’une personne à traiter de manière positive une expérience dépend grandement de la façon dont elle a réussi à gérer une situation difficile par le passé. La manière dont la personne perçoit et interprète la situation – défi positif ou lutte vitale – joue également un rôle central. L’acceptation d’une situation et notre capacité à en tirer le meilleur nous donne de la force. Combattre une situation et s’y opposer fait naître un comportement destructif lié à de nombreuses émotions. Cela peut en fin de compte entraîner un état d’épuisement. Les personnes qui présentent un fort dosha vata fuient souvent des situations en restant occupées et donc distraites.

Les personnes de type pitta aiment les défis et les recherchent, mais elles ont également tendance à se révolter ou à réagir avec une agressivité démesurée lorsque quelque chose ne leur convient pas, plutôt que d’utiliser leur énergie de manière constructive et efficace. Les constitutions kapha ont tendance à broyer du noir ou à s’apitoyer sur leur sort dans les situations difficiles. Elles devraient au contraire tirer profit de leur stabilité et de leur capacité à éprouver de la compassion.

 

Verena Amacher : Recommandez-vous à vos patientes et patients des préparations ayurvédiques spécifiques favorisant la réduction du stress ?

Tamara Köhler : Il faut comprendre que le mot « stress » décrit en réalité une charge émotionnelle. Le corps produit des radicaux libres, des toxines métaboliques et des psychotoxines lorsque nous ne réussissons pas à gérer une situation difficile (et non parce que notre chef exerce une pression sur nous). La colère que nous éprouvons envers notre chef ou la peur de perdre notre emploi entraînent une forte tension. Notre corps secrète alors une cascade de molécules qui mettent l’organisme à rude épreuve. Cela engendre un déséquilibre des doshas et influence notre sommeil, notre digestion et même notre système immunitaire.

C’est pourquoi il n’est pas possible de réduire le stress à l’aide de préparations ou de produits de santé mais seulement en trouvant un autre rapport avec soi-même et avec la vie, en méditant ou en ayant recours à des techniques de respiration. Grâce aux remèdes et aux compléments alimentaires ayurvédiques, il est possible d’éliminer des toxines (radicaux libres), de calmer ses doshas ou de renforcer son système nerveux et immunitaire.

Vata-Balance et Ashwagandha sont de bons remèdes pour les esprits inquiets et dominés par vata, Amrit Kalash amrit-kalash-ma-4" target="_blank" rel="noopener noreferrer">MA4 et amrit-kalash-ma-5" target="_blank" rel="noopener noreferrer">MA5 renforcent le système immunitaire, Brahmi aide à la concentration et Kapha-Balance soulage en cas de dépression.

 

(Fin 1re partie, 2e partie début décembre 2020)

 

 

Nous remercions Madame Köhler pour ses réponses passionnantes sur le thème du stress et de la résilience et ses précieux éclairages sur le fascinant système de santé de l’Ayurvéda.  

 

Cabinet

Tamara Köhler

Consultations ayurvédiques (en allemand)

Eichholzstrasse 2

3084 Wabern

 

Téléphone : 031 558 39 93
E-mail : [email protected]

www.ayur-veda-beratung.ch