« De la même manière que les abeilles récoltent le nectar des fruits et des fleurs pour produire le miel, le corps humain forme Ojas grâce à ses caractéristiques et à la manière dont il est traité. »

(Charaka Samhita)

 

Ojas – prononcé « odjas » – est un terme récurrent dans les manuels ayurvédiques. Il est difficile de discerner la nature d’Ojas, et encore plus de la comprendre. Ojas peut être décrit comme la substance la plus fine du corps qui lie celui-ci à son intelligence intrinsèque. Parfois, Ojas est aussi considéré comme le lien entre la conscience et la matière. Sa substance est faite à la fois de matière très fine et de conscience immatérielle. Ojas régit les interdépendances entre les doshas vata, pitta et kapha, les tissus, les organes et les systèmes organiques. Il soutient la digestion et le métabolisme, renforce les tissus, contrôle les transformations et favorise le rayonnement, la vitalité et la force. Ojas ralentit le vieillissement et renforce l’immunité en protégeant notamment l’organisme des virus et des bactéries. On dit qu’il est à l’origine de la capacité de concentration et de la pensée lucide et positive, et qu’il protège contre les troubles mentaux et psychosomatiques.

 

Mais si Ojas présente tant de qualités déterminantes pour la santé, comment est-il formé et comment peut-on favoriser sa production ?

Pour répondre à ces questions, examinons brièvement le processus digestif et les sept tissus corporels (dhatus) que l’Ayurvéda décrit. Car il existe une relation directe entre la force du feu digestif (agni), le dhatus et Ojas, substance finale subtile produite par la transformation parfaite, progressive et toujours plus bénéfique de l’alimentation.

 

L’Ayurvéda décrit de façon très détaillée comment les aliments consommés sont transformés à travers sept tissus corporels différents. Les sept dhatus sont : rasa (le plasma), rakta (la partie cellulaire du sang), mamsa (la musculature), meda (les tissus adipeux), asthi (les tissus osseux), majja (les tissus entourés d’os, tels que la moelle osseuse et le système nerveux central) et shukra (les ovules et le sperme). Chacun de ces tissus doit être suffisamment nourri pour que l’organisme soit en bonne santé et plein de vitalité. Si ce processus se déroule parfaitement, le produit final – ou essence – « Ojas » est formé.

 

Charaka Samhita, le célèbre compendium ayurvédique, décrit Ojas, substance difficilement identifiable par les méthodes de diagnostic modernes, comme « un liquide blanchâtre voire orangé qui a le goût du miel et l’odeur du riz soufflé ». Lorsqu’il est produit pour la première fois dans le corps humain, il a la « couleur dorée du ghee » (matière grasse ayurvédique).

Il est notamment qualifié de « lourd, frais, moelleux, lisse, calme, visqueux, doux, stable, clair, collant, liant et huileux ».

 

Si l’on compare ses qualités aux caractéristiques du dosha kapha, on réalise qu’elles sont très similaires. Ojas est lié au sous-dosha « tarpaka » de kapha, qui siège dans le cerveau et dans la moelle épinière et nourrit les organes sensoriels.

 

L’Ayurvéda, système de santé le plus ancien du monde, prend toute son importance lorsqu’il est appliqué à la préservation de la santé. En définitive, toutes les mesures ayurvédiques visent à produire et à maintenir Ojas. On reconnaît la bonne santé d’une personne à son rayonnement, à sa force de vie, à son teint éclatant, à ses yeux brillants – toutes ces caractéristiques étant l’expression de la libre circulation d’Ojas.

 

Au contraire, un manque d’Ojas entraîne inéluctablement une dégradation de l’organisme et une perte d’énergie vitale. Du point de vue ayurvédique, les émotions négatives, les traumatismes, le manque ou l’excès de sommeil, une activité sportive trop intense, une alimentation indigeste, la faiblesse du feu digestif, etc. sont notamment responsables d’une production insuffisante d’Ojas.

 

C’est pourquoi les sages principes ayurvédiques accordent beaucoup d’importance à la force du feu digestif (agni), aux aliments frais et de saison adaptés au type de dosha, à un équilibre sain entre calme et activité, à l’exercice d’activités enrichissantes, ainsi qu’à des techniques permettant de favoriser la santé psychique et mentale.

Selon les écrits traditionnels ayurvédiques, de nombreuses plantes telles que le basilic indien (tulsi), le gingembre, l’ashwagandha (cerise d’hiver), le brahmi (centella asiatica), les pétales de roses, le poivre long (Pippali), l’amalaki, la lavande et bien d’autres sont connues pour leurs qualités favorisant Ojas.

 

Par la consommation de préparations ayurvédiques à base de plantes et par la mise en œuvre de mesures ayurvédiques simples au quotidien, Ojas est naturellement renforcé, et nous jouissons en retour d’une vie saine, longue et heureuse.

Cela va tout à fait dans le sens de l’idéologie ayurvédique.

 

Dans notre catégorie « Pour votre bien-être », découvrez nos produits « Vitalité et rayonnement » visant à renforcer Ojas. Thés, préparations à base de plantes, élixirs, hydrolats, épices ... Il y en a pour tous les goûts !