Les changements de saisons, en particulier de l’automne à l’hiver puis le passage au printemps augmentent d’une manière générale les dangers de refroidissements. Le corps fonctionne chaque saison de manière différente et lors du passage du chaud au froid Agni, le feu digestif, est souvent très instable.

 

Si on adapte durant ses périodes de changements saisonniers ses habitudes alimentaires et modifie en conséquence sa routine quotidienne, on prévient l’accumulation des toxines (ama) dans les tissus et on offre ainsi moins d’emprise aux agents pathogènes.

 

En AyurVéda la force immunitaire de l’organisme contre les maladies est appelé Vyadhi Ksamatva ou Bala (force, vitalité). Par là on entend pas seulement la résistance physique que la médecine occidentale associe avec l’immunité, mais bien plus aussi les forces mentales et spirituelles, qui nous aident à faire face aux événements et situations, à leur résister ou à les endurer.

 

Un bon Agni = un Ojas élevé = un bon système immunitaire

Selon l’Ayurvéda la force du système immunitaire dépend de la qualité de la digestion. Un bon Agni (force digestive) donne un bon Ojas et par là une bonne immunité.

 

En Ayurvéda on distingue trois sortes d’immunité :
Sahaja Bala : l’immunité naturelle ou innée
Kalaja Bala : l’immunité dépendant du moment : de la journée, de l’année et de l’âge
Yuktikrita : l’immunité acquise

 

L’immunité naturelle ou innée est celle que l’on a héritée. Si elle est faible, on devrait renforcer les défenses immunitaire avec une bonne routine quotidienne, l’alimentation et éventuellement avec des rasayana.

 

La force du système immunitaire est de même en relation avec le moment de la journée, de la saison ainsi que de l’âge. Le matin on se sent principalement plus fort même si on est malade. De même à la fin du printemps et au début de l’été.

 

L’immunité acquise sont les défenses que l’on acquise par le style de vie (routine quotidienne, activités physiques), la prise de rasayana et une alimentation saine.
Durant la saison hivernale il est important de renforcer ses défenses immunitaires. De la mi-octobre jusqu’à la fin février on devrait suivre une routine et une alimentation équilibrant vata.

 

A cela font partie :

  • les six goûts devraient être présents à chaque repas, en particulier le sucré, l’acide et le salé.
  • des repas chauds, fraichement préparés avec des épices comme le cumin, le gingembre, le poivre noir, le fenouil, la cannelle et la coriandre
  • en outre le riz et le couscous, les fruits doux et juteux, de préférence cuits à l’étuvée et affinés avec de la cardamome, le mung dal, les courgettes, patates douces, courges, carottes, fenouils, haricots verts, du panier frais, du ghee et de l’huile d’olive.
    Vous trouverez ici des recommandations précises pour une alimentation réduisant vota.

 

 

On ne devrait pas jeûner en hiver

Les boissons et mets froids ainsi que les jeûnes sont à éviter durant la saison froide car ils affaiblissent le feu digestif ce qui crée de l’ama (toxines). On devrait laisser les cures de purification pour d’autres moment de l’année plus propices. En hiver on devrait soutenir le corps avec une bonne alimentation et des rasayana.

 

En hiver le feu digestif est plus fort et nous avons davantage faim. Ceci ne devrait pas conduire à des festivités insouciantes faites de repas lourds qui donnent de l’ama et ainsi affaiblissent le système immunitaire.

 

Du sport de manière régulière, du yoga et des mouvements à l’air frais contribuent à renforcer les défenses immunitaires.

 

Des musiques apaisantes, des essences comme le bois de santal, la cannelle, la lavande, le jasmin et l’encens calment le système nerveux, facilitent l’endormissement et équilibrent vata. Durant la saison sombre, qui nous choie néanmoins avec de nombreuses fêtes, des éclairages à la bougie et de la chaleur bienfaisante, une soirée en bonne compagnie, avec la famille, des amis, dissipe l’humeur souvent trouble de l’hiver.