Capsicum annuum (latin)
Piment annuel, piment de Cayenne (français)
Katuvira, raktamarica (sanskrit), lalmirca (hindi)

 

Lorsque Christophe Colomb, arriva sur l’île Hispaniola du continent américain plutôt qu’en Inde en 1493, il fit rapidement la découverte des gousses piquantes qui y sont largement répandues. Il les décrivit comme étant « meilleures que le poivre ». Les Espagnols appelèrent ces fruits rouges stimulants pimiento, un nom masculin qui rappelle la vigueur, en référence au nom pimienta (poivre).

 

Pourtant, sur le plan botanique, le poivre noir n’a rien à voir avec la plante du piment. Le piment, ou piment de Cayenne, fait partie de la famille des solanacées, tout comme le poivron et le paprika. Ils existent à différents endroits du monde et sont cultivés dans des régions tropicales. Au fil des siècles, une myriade de sortes, formes, couleurs et niveaux d’intensité se sont développés localement. Par exemple, que serait le curry indien sans les gousses de piment introduites par les Portugais et les Espagnols en Inde au XVIe siècle ?

 

La plante du piment est un arbrisseau pouvant atteindre un mètre de haut. Ses feuilles vertes sont oblongues et ovales, ses fleurs blanches étoilées. Si elles sont pollinisées, des fruits se développent bientôt, d’abord verts puis, à maturité, rouge vif. Le piment, ou piment de Cayenne, peut être cultivé durant les chauds mois d’été dans des pots en extérieur, même sous nos latitudes.

 

Si seules les gousses fraîches ou séchées sont utilisées en cuisine, les fruits verts qui ne sont pas encore arrivés à maturité et les graines sont employés à des fins médicinales. Afin d’éviter toute brûlure désagréable de la peau et en particulier des muqueuses, lavez-vous soigneusement les mains après avoir touché les piments.

 

En raison de leur goût particulièrement épicé et de leur effet chauffant, la dégustation de piments est particulièrement indiquée durant les périodes froides et en cas de faible motivation. La consommation de plats pimentés réduit l’excédent de kapha et stimule le métabolisme.Vataaussi peut être équilibré grâce à des petites quantités de piment piquant. Au contraire, trop de nourriture pimentée a un effet asséchant et augmente par conséquent vata. Le piment, du fait de ses propriétés particulièrement stimulantes et chauffantes, est déconseillé aux types pitta, déjà fortement composés de l’élément feu. En outre, le piment stimule rajas, ce qui, en cas de forte consommation, peut entraîner agitation et surexcitation.

 

Qualités ayurvédiques (en ce qui concerne les fruits/gousses séché(e)s) :

  • Goûts (rasa) : épicé
  • Qualités (guna) : léger, sec, épicé, piquant
  • Effet durant la digestion (virya) : chauffant
  • Effet postdigestif (vipaka) : épicé
  • Effet sur les doshasréduit vata (augmente vata en cas de grandes quantités), réduit fortement kapha, augmente pitta
  • Energie métabolique : stimule fortement agni
  • Effet mental et spirituel : augmente rajas

 

 

Source :

Schrott/Ammon : Heilpflanzen der ayurvedischen und der westlichen Medizin, Springer Verlag, 2012