En Ayurvéda la capacité qu'à la peau humaine d'absorber des substances est connue depuis toujours. Responsable pour cela est Bhrajaka-Pitta, le feu digestif de la peau. Il régule la chaleur et la capacité d'assimilation des tissus cutanés. On peut ainsi fournir au corps des anti-oxydants en le massant avec différentes huiles médicalisées. Comme huile de base on utilise en général de l'huile de sésame, car elle possède déjà une forte proportion d'antioxydant.

 

La production d'huiles ayurvédiques suit un long processus, à travers lequel la structure moléculaire de l'huile se modifie; elle est ainsi mieux absorbée par la peau et les tissus. L'huile, de par sa nature lipidique, a les mêmes propriétés que les tissus graisseux. Elle aspire les toxines solubles à l'huile qui s'y sont entreposés et les conduit dans les intestins. Les plantes ajoutées à l'huile contribuent à favoriser leur élimination et a harmoniser les dosha.

 

Des massages réguliers à l'huile profite en particulier au dosha vata, car il est par nature froid, rugueux, sec, léger et rapide, et avec l'âge il contribue à déconstruire le corps. Ils sont équilibrants et reconstituants. L'huile aide le corps à être plus stable et à maintenir sa jeunesse, car elle a surtout les qualités du kapha, lourd, huileux, visqueux et humide.

 

 

La production

Selon le type de constitution on cuit en Ayurvéda différentes huiles (huile de sésame pour les types vata et kapha, huile de noix de coco pour les types pitta) avec des plantes connues pour leurs effets bienfaisants depuis l'antiquité. La production prend énormément de temps et de travail et suit une procédure très précise. Pour les Vaidya leur préparation doit être faite avec beaucoup de dévotion et de soins, car il s'agit de transmettre aux huiles l'intelligence des plantes.

 

La préparation de la décoction demande déjà beaucoup de temps. En général on ajoute pour une quantité de plantes 16 fois la quantité en eau. Les plantes qui auront été au préalable soigneusement triées puis broyées voire moulues sont laissées à tremper pendant une journée. On y ajoute aussi parfois des jus, du yaourt ou du lait. Finalement on la cuit jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un quart de liquide.

 

La décoction sera ensuite ajoutée à l'huile qui sera ensuite cuite jusqu'à évaporation complète de l'eau.

 

Le processus de cuisson doit être surveillé constamment, pour ne dépasser le processus de fermentation. Une fois refroidie l'huile est filtrée et peut être utilisée pour les différents traitements ayurvédiques.

 

Les doux massages avec des huiles ayurvédiques, par exemple pour des traitments de panchakarma, ont en plus de leurs qualités thérapeutiques aussi des effets bienfaisants immédiats pour le patient. Ils détendent, libèrent du stress quotiden, procurent un sentiment de sécurité et de chaleur humaine, ouvrent le corps et enracinent dans le soi.

 

Durant les cures de panchakarma les massages sont aussi une préparation aux traitements de purification car ils ouvrent les canaux du corps, activent le flux de la lymphe et favorisent ainsi l'élimination des toxines.

 

Il vaut la peine de bien faire attention à acheter une huile ayurvédique de qualité. L'huile de sésame devrait être préparée de manière biologique et ayurvédique (mûrie) et ne contenir aucune huile essentielle. (On peut mûrir l'huile de sésame chez soi à la maison en la chauffant brièvement à 108°C).

 

AyurVéda S.A. propose un large assortiment d'huiles ayurvédiques de différents producteurs, de qualité supérieure et d'efficacité thérapeutique.

 

On choisit les huiles de massage selon la saison et sa constitution.