Narikela, shreephal, skandhaphala (sanskrit), nariyal (hindi)
Cocos nucifera (latin)
Cocotier (français)

 

Probablement, plutôt même sûrement, pas de vacances sous les cocotiers cet été. Espérons donc que nous aurons un été chaud avec quelques averses bienfaisantes. Pour se sentir encore mieux rien de tel que les bienfaits rafraîchissants de la noix de coco.

 

Les imposants cocotiers, qui peuvent atteindre une hauteur de 30 mètres, caractérisent des paysages entiers dans les pays tropicaux depuis plus de 3000 ans. Outre le Sri Lanka et l'Inde du Sud, il s'agit des Philippines, de l'Indonésie et de régions d'Afrique et d'Amérique du Sud.

Le cocotier est très prisé, car il fournit non seulement les noix bien connues (qui ne sont en fait pas de vraies noix mais des fruits à noyau) mais aussi du bois, des fibres de noix de coco et des feuilles de palmier qui procurent de l’ombre. C’est aussi une gigantesque plante médicinale.

 

Une épaisse couche de fibres résistantes cache et protège la coquille brune et dure bien connue avec ses trois « yeux ». Dans une noix de coco fraîche, vous devez entendre le gargouillement de l'eau de coco lorsque vous la secouez. Boisson rafraîchissante et désaltérante, l'eau de coco est devenue de plus en plus populaire ces dernières années. Elle est principalement fabriquée à partir de noix de coco vertes encore jeunes. A ne pas confondre avec le lait de coco, qui est produit en pressant la chair blanche et riche. Pour obtenir le coprah ont sèche la chair jusqu’à la disparition quasi totale de son eau, ce qui augmente sa teneur en graisse. L'huile de noix de coco, précieuse et polyvalente, est pressée à partir de celle-ci. A basse température (en dessous de 24 °C) elle se transforme en graisse de coco.

L'huile de noix de coco est très populaire dans la cuisine ainsi qu'à des fins cosmétiques et médicales. Dans la littérature ayurvédique, on trouve également des recettes à base de racines de noix de coco, de jus de jeunes fleurs ou même de cendres d'écorce de palmier pour les soins dentaires.

 

La tendance à un mode de vie vegan a conduit à remplacer de plus en plus en cuisine le beurre et le ghee ayurvédique par de la graisse de noix de coco purement végétale. D'un point de vue ayurvédique, cependant, les propriétés sucrées, lourdes et fortement rafraîchissantes de la noix de coco ne sont pas adaptées à tous les types de dosha et ne peuvent pas être consommées en toute saison.

L'huile et l'eau de coco sont recommandées aux personnes présentant de fortes caractéristiques pitta (sensations de chaleur, hyperacidité, inflammation, etc.), surtout pendant la saison chaude. Les types mixtes (pitta-vata, pitta-kapha) peuvent consommer des produits à base de noix de coco en grande quantité et surtout en été. Comme les propriétés sucrées, lourdes et rafraîchissantes augmentent le kapha, les personnes ayant une forte teneur en kapha doivent faire preuve de modération lorsqu'elles consomment de la noix de coco ; séchée et en petites quantités elle leur est plus bénéfique.

 

Alors que l'huile de sésame mûrie est généralement recommandée pour les massages corporels réguliers d'un point de vue ayurvédique, le type pitta peut utiliser de l'huile de noix de coco légèrement chauffée.

Que ce soit pour des applications corporelles ou comme aliment dans la cuisine végétarienne, l'huile de noix de coco doit toujours être de haute qualité biologique, pressée à froid et sans aucun additif « Vierge Coconut Oil VCO) ».

 

Qualités ayurvédiques (concerne les graines) :

  • Goûts (rasa) : sucré
  • Qualités (guna) : lourd, huileux, dur
  • Effet durant la digestion (virya) : refroidissant (fruit séché : chauffant)
  • Effet post-digestif (vipaka) : doux
  • Effets sur les doshas : diminue vata et pitta, en grande quantité augmente kapha
  • Effets mentaux et spirituels : sattvique, augmente ojas