L’automne est marqué par le dosha vata. Le temps devient froid, rude et venteux. En plus la fin de l’automne signifie la fin de la végétation, les champs sont moissonnés, les arbres perdent leurs feuilles et la dernière fleur fane. La vie de la nature se retire dans les racines et nos activités se déplacent vers l’intérieur.

 

Le dosha vata est déterminé par les éléments espace et air, de là ses qualités froide, sèche, légère, rugueuse, mobile. Les phases vata dans le courant de l’année et aussi dans la vie sont également toujours marquées par la dissolution, car les éléments dont le dosha vata est fait n’ont pas de substance, ne peuvent ainsi rien produire de physique, de palpable.

 

Tout ce qui durant la saison kapha (printemps) a germé et crû, qui a atteint sa maturité dans la phase pitta (été), se dissipe maintenant durant la saison vata. Tout se dissout pour faire la place dans l’année suivante à une nouvelle vie.

 

 

L'automne tardif dans notre corps

Pour maintenir sa chaleur, le sang se retire des membres vers l’intérieur du corps. La circulation amoindrie de la peau nous fait apparaître pâle. Comme les extrémités du corps obtiennent moins de sang (en particulier chez les femmes, ce qui se remarque aux pieds et mains froids), nos organes intérieurs sont irrigués plus fortement. Le feu intérieur (Agni) augmente, nous avons davantage faim et nous avons des envies de repas plus lourds comme les pâtes, les plats aux pommes de terre ou les risottos.

 

La qualité froide augmente vata (et aussi kapha). Elle produit froideur, engourdissements, contractions et hypersensibilité. Le froid favorise l’accumlation de mucus (= augmentation du kapha) et diminue l’immunité. Quand on est à l’extérieur par temps froid, ceci peut, aussi longtemps que l’Agni intérieur n’est pas assez fort, diminuer les forces immunitaires naturelles de la gorge et provoquer ainsi une toux sèche.

 

L’extrême sécheresse augmente en même temps le vata dans le corps. On peut bien l’observer directement à la peau : elle devient subitement sèche, rêche et gercée. Egalement les cheveux peuvent devenir secs et cassants. Si on ne boit pas suffisamment et si on ne mange pas des mets huileux, les selles peuvent se dessécher et provoquer de la constipation.

 

La qualité mobile est renforcée en automne par le vent qui souffle souvent, ce qui augmente également vata. Nos pensées, sentiments et émotions sont aussi liés avec la qualité mobile. Donc si les mouvements augmentent ces trois deviennent alors aussi perturbés. Les pensées tournent en rond et les émotions comme l’insécurité et l’incertitude augmentent. On se sent alors „à côté de la plaque“.

 

En outre le vent augmente la sécheresse ce qui montre que les différents effets s’influencent les uns les autres.

 

Pour contrer une augmentation du dosha vata, il est recommandé d’adapter l’alimentation et la routine quotidienne.

 

Pour davantage de recommandation en rapport avec le dosha vata vous pouvez cliquer ici.