Quand les exigences quotidiennes ne laissent plus de temps pour se détendre, le stress peut rendre malade, car le corps se trouve en alerte permanente.

 

Quand la pression devient trop grande
Les effets négatifs d’une tension continue commencent la plupart du temps avec de l’insomnie, des sautes d’humeur, des désordres nerveux de la digestion, l’hypertension, la perturbation du rythme cardiaque, etc..

 

Cet état, qui arrive souvent après plusieurs années de surmenage et de fortes pressions, est désigné de nos jours comme « burnout » (que l’on pourrait traduire par « se consumer »), le syndrome d’épuisement professionnel. Ce terme a été formulé la première fois dans les années 1970 par le psychanalyste H. J. Freudenberger.

 

Le burnout n’est pas seulement un mot à la mode pour camoufler une dépression ou la peur de l’échec, mais avec le temps est devenu une maladie sérieuse.

 

On commence par « se consumer » lentement, au début insidieusement, avec des tensions provoquées par de fortes attentes et des buts irréalistes dans la vie privée et professionnelle. Cette « auto-consommation » commence lentement et au début de manière inaperçue avec des tensions qui naissent quand les attentes et les buts ne sont plus en accord avec la réalité dans le quotidien professionnel et familial.

Les personnes suivantes ont tendance au burnout

  • très conscients de leur devoir et orienté vers la perfection
  • très identifié avec leur travail
  • les perfectionnistes
  • qui cherchent l’approbation des autres
  • qui ne tiennent pas compte de leurs besoins

 

Comme le burnout influence l’esprit et le corps, une vision globale est très précieuse pour en détecter les causes et les traiter. L’Ayurvéda considère les êtres humains dans leur totalité et reconnait l’interaction entre les niveaux les plus fins de la physiologie et de la psychologie. Une charge psychique constante provoque des déséquilibres des dosha, en particulier de vata, qui s’expriment alors dans de nombreuses complications comme des peurs et des difficultés à s’endormir.

 

L’Ayurvéda considère le sommeil comme un de piliers important de la vie.

 

A côté d’un bon sommeil l’alimentation joue un rôle décisif pour la santé et le bien-être général. Un sommeil profond et calme a un effet régénérant sur l’esprit et le corps et constitue les fondements pour les performances et l’efficacité. Des millions de personnes ne peuvent que rêver d’un sommeil paisible.

 

Si on réduit le sommeil d’une personne à 5 heures et demie par jour, cela se remarque déjà après une semaine. Le pancréas doit produire 50% de plus d’insuline pour maintenir son niveau de sucre en équilibre. Pendant que la nécessité d’une alimentation saine et d’une activité sportive régulière sont vues comme importantes, suffisamment de sommeil et des phases de repos nécessaires ne sont pas des choses accessoires. Les désordres du sommeil les plus fréquents sont provoqués par un excès de vata, le principe du mouvement et de l’activité. Le vata tombe en déséquilibre à cause du stress, de l’agitation et de l’excès et de la surstimulation. Egalement l’élongation des jours en été, des repas irréguliers, trop ou trop peu de mouvements peuvent provoquer des désordres du sommeil. Les résultats sont  l’agitation, tensions, soucis et l’incapacité de décrocher. Cela provoque une diminution durable et continue sur le corps et l’esprit. Selon l’Ayurvéda l’équilibre du corps et de l’esprit est le fondement de la santé, du bien-être et de la vigueur.