Ces derniers temps vous n’osez peut-être pas vous approcher du pèse-personne de votre la salle de bain ? Votre pantalon d'été fleuri vous serre-t-il à la taille ? Avez-vous l'impression que votre maillot de bain est devenu plus serré en un an ?

 

Alors vous pourriez être intéressé par l'approche holistique quelque peu différente de l'Ayurvéda en matière de contrôle du poids.

 

Alors qu’en occident le poids idéal est basé sur des valeurs bien définies calculées en fonction de l'âge et de la taille, l'Ayurvéda parle d'un « poids confort personnel ». Le système de santé ayurvédique considère le poids corporel d'une personne dans une perspective différenciée et comprend de nombreux éléments décisifs. Une personne en bonne santé et pleine d'énergie, qui se sent bien dans son corps et à l'aise, pèse le poids qui lui convient. Indépendamment d'une échelle qui serait valable pour tout le monde, libre des diktats toujours changeants de la mode.

 

En plus d'une alimentation saine, la puissance digestive d’Agni et l'activité métabolique jouent un rôle central dans la vision ayurvédique si nous voulons maintenir ou atteindre notre poids idéal personnel. Non seulement la nourriture que nous mangeons (ou que nous omettons) est importante, mais aussi la façon dont elle est traitée par notre pouvoir digestif et transformée en substances les plus subtiles (ojas).

Les concepts alimentaires occidentaux sont principalement basés sur les valeurs énergétiques des aliments, sur les ingrédients analysables tels que les protéines, les glucides, les graisses, les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments.

 

L'Ayurvéda est principalement orienté vers l'être humain : sa constitution corporelle individuelle (prakriti), l’état d'esprit, les signes possibles de maladie, l’âge, l’environnement familial et professionnel, les influences de la saison et du climat.

Découvrez votre type d'Ayurvéda (Prakriti) avec le test Dosha en ligne.

 

Dans le traitement de l'obésité, il faut également tenir compte des habitudes de sommeil et du stress non résolu durant la journée. Les deux peuvent avoir une influence significative sur le développement du poids corporel et ne doivent pas être sous-estimés. Pour les personnes ayant à l’origine une apparence mince voire gracile, un stress prolongé peut entraîner un trouble vata si profond que le kapha, croyant bien faire, intervient avec des coussinets de graisse et de l’embonpoint. Ce genre de désordre nécessite généralement des mesures ayurvédiques professionnelles, car dans cet état, plusieurs doshas sont souvent déséquilibrés et veulent retrouver leur état d’origine. Ceci inclut également la prise de poids causée par des troubles hormonaux.

 

Les doshas spirituels (sattva, rajas et tamas) jouent également un rôle important dans le traitement de l'obésité. En particulier lorsque le tamas est élevé, lorsque la personne est devenue léthargique et a perdu son énergie et sa motivation intérieure, il y a un risque de surpoids et de problèmes de santé ; il peut aussi en résulter des maladies.

 

Si l'on considère les trois principes fonctionnels (doshas) vata, pitta et kapha, le type kapha, patient et confortable, avec son physique fort, ses articulations larges et ses formes rondes, attire tout particulièrement l’attention. Si le manque d'exercice et de mauvaises habitudes alimentaires s'ajoutent à une constitution de base corpulente, une prise excessive de kilos n'est souvent pas très loin.

L'immobilité et le surpoids forment donc un duo défavorable qui enclenche une spirale descendante malsaine. Selon l'Ayurvéda, si le pouvoir digestif de l’Agni est également affaibli, il se forme des déchets métaboliques (ama) qui sont stockés dans les tissus et peuvent entraver les fonctions physiologiques.

 

En résumant de manière simplifiée, les principales causes de l'obésité sont une combinaison d'une mauvaise ou trop abondante alimentation et d'un manque d'exercice, souvent associée à un pourcentage élevé de kapha dans la constitution personnelle. L'Ayurvéda parle d’un excès du dhatou meda (tissu adipeux).

 

D'un point de vue ayurvédique, pour réduire un surpoids gênant sont recommandées toutes les mesures qui réduisent le kapha, stimulent le feu digestif Agni, activent le métabolisme et éliminent l’ama (résidus métaboliques).

L'organe métabolique le plus important et le plus grand est la musculature. Même si cela nécessite - surtout pour les kapha - un peu de dynamisme et de discipline intérieure pour se déplacer à l'air libre, pour marcher, faire de la randonnée, de la marche, du vélo, etc., le succès est immédiatement perceptible ! Selon l'expérience, les personnes ayant un kapha prononcé se sentent rapidement revitalisées, plus énergiques et plus légères après une activité physique. Il faut peut-être un peu plus de temps pour que les kilos en trop disparaissent, mais une augmentation du bien-être (physique, mental et spirituel) est la récompense immédiate de l'effort. La régularité consolide le succès et donne du plaisir à long terme.

 

Autrefois, lorsque la nourriture n'était pas disponible 24 heures sur 24 et en abondance, les gens avaient une relation très différente avec la nourriture. Le travail physique pénible, souvent en plein air, a alors façonné la vie quotidienne.

 

Contrairement aux approches diététiques occidentales, où les aliments sont classés en fonction des calories et sont pour cela idéalisés ou diabolisés, l'Ayurvéda applique ici aussi des critères plus souples et plus complets.

Selon les connaissances ayurvédiques, les aliments ne sont ni sains ni malsains d’une manière générale. Ils ont des propriétés différentes et sont donc individuellement bénéfiques ou nuisibles. Ils peuvent donc être utilisés pour corriger et équilibrer.

 

Pour équilibrer kapha, renforcer Agni et stimuler le métabolisme (en particulier pour réduire le dhatou meda), l'Ayurvéda recommande une nourriture fraîchement cuite, légère et consommée chaude idéalement. Associée à des épices échauffantes et stimulantes (gingembre, poivre, piment, KaphaChurna ) et des boissons chaudes de préférence (tisane Agni Plus, tisane Kapha, tisane Meda, tisane au gingembre), que l'on boit régulièrement tout au long de la journée, les processus métaboliques sont relancés et le corps peut se débarrasser d'un lest inutile.

Les saveurs piquantes, amères et astringentes sont à privilégier. La cure d'eau chaude ayurvédique a également fait ses preuves, pour cela on bouillit légèrement l’eau pendant 20 minutes, on la verse dans une bouteille thermos et on la boit à petites gorgées tout au long de la journée.

 

Afin de stimuler le métabolisme et l’élimination de l'ama à travers la peau, de puissants massages ayurvédiques à sec (garshan) avec des gants en soie brute ont fait leurs preuves.

 

L'Ayurvéda connaît des préparations traditionnelles et éprouvées pour réduire spécifiquement le dhatou meda (p.e. Meda 2). Les plantes qu’elles contiennent, comme le Commiphora « mukul », la myrrhe indienne ou le guggul, sont attribuées aux éléments air et feu. Elles sont piquantes, amères et astringentes.

 

Et enfin pour conclure :

Pour une vie heureuse et saine, il est important de se sentir bien, d'aimer son corps, d'en prendre soin et d'être reconnaissant que notre âme puisse y vivre pendant de nombreuses années. Quelques kilos de plus ou de moins ne sont pas importants.

Atteindre un esprit alerte dans un corps dynamique demande du travail mais est un grand cadeau que l’on se fait !

L'Ayurvéda vous aide à atteindre vos objectifs !